- Ecole militaire d'infanterie cherchell - 1942 - 1962

LE DRAPEAU



1.Le premier drapeau, non réglementaire et non officiel

Au Musée de l’Infanterie à Montpellier figure un drapeau rapatrié de Cherchell en 1962. Dans le « BULLETIN DE L’ASSOCIATION DES AMIS DU MUSÉE DE L’INFANTERIE », N° 20 du 1er semestre 1991, le colonel (e.r.) P. Carles s’est livré à une véritable enquête policière pour essayer de déterminer l’origine de ce drapeau atypique. En effet, les couleurs de cet étendard ont été disposées selon le modèle décrété les 9 mars et 10 juillet 1804 (an XII de la République) par Bonaparte Premier Consul. De cette longue et minutieuse enquête il ressort que ce drapeau n’a servi qu’au baptême que de la promotion « Tunisie » en 1943.Ceci étant corroboré par Eric Labayle dans son ouvrage « L’Ecole des Elèves-Aspirants de Cherchell-Médiouna » page 345.

                                                                       

Revers Avers


Descriptif

L'élève de la garde au drapeau, décoré en Tunisie, est un sergent du 43e groupe de transmissions
d'Hussein-Dey dont il porte les attributs sur la manche gauche

ECPAD-Militaria Magazine, N° 280, novembre 2008



                 

Baptême de la promotion "Tunisie" où ce drapeau est présent pour la seule et unique fois
La cérémonie se déroula pour la majeure partie sous la pluie

                                                                       

De dos les généraux Leyer(à g) et Koeltz (à d)
De face, à droite, le Lieutenant-colonel Guillebaud, Commandant l'Ecole
Au fond, le plateau sud et le Bab-el-Rous

Finalement ce drapeau de circonstance n'aura été que celui d'une promotion et non celui de l'Ecole

2.Drapeaux confiés à la garde de l'Ecole

Le 2 avril 1945, le ministre de la Guerre, en présence du général de Gaulle, a confié deux drapeaux à la garde de l’École de Cherchell, celui de l'Ecole spéciale Militaire de Saint-Cyr et celui de l'Ecole Militaire de l'Infanterie et des Chars de combat.Ces deux emblèmes avaient été cachés après l'invasion de la zone libre par les allemands, le premier par le colonel Léon Le Page et le second par le colonel Lévêque.
C’est de Cherchell que les Cadres, Moyens et Emblèmes sont partis en juin 1945 pour rejoindre définitivement Coëtquidan.



3.L'Ecole reçoit son propre drapeau

Par décision du 11 juillet 1958, le Ministre des Armées, considérant les services rendus au Pays par l'Ecole de Cherchell et qui justifient la place éminente qu'elle tient parmi les Ecoles d'Officiers, lui confie la garde d'un drapeau.



29 janvier 1959 : remise du drapeau


C'est au cours d'une imposante cérémonie présidée par le général Allard, commandant la Xe Région Militaire et les Forces Terrestres en Algérie, que le Drapeau fut remis à l’Ecole de Cherchell.
Ce même jour marquait la prise de commandement du Colonel Bernachot qui succédait au colonel Marey.
Le général Allard avait à ses côtés les généraux Massu, Langlet et Jannot.
Tous les élèves de l'Ecole étaient présents y compris le premier peloton préparatoire aux E.O.R.(voir "promotions", 1959).
L'emblème fut d'abord remis par le général Allard au commandant sortant, le Colonel Marey, qui le transmettait ensuite au colonel Bernachot, nouveau commandant de l'E.M.I.C.

Reportage du service cinématographique

         

Le Colonel Marey accueille le Général Allard

La revue des troupes par les Généraux Allard et Massu et le Colonel Marey

Le Général Allard présente le drapeau

Le Colonel Marey reçoit le drapeau Le Colonel Marey remet le drapeau à la garde

Le Colonel Marey caché par le drapeau qu'il remet au Colonel Bernachot nouveau commandant de l'Ecole

La garde au Drapeau


Dispositions prises pour l'emport du Drapeau à Montpellier



Note de service signée général Bernachot du 27 septembre 1962



Le lieutenant-colonel DUFRENNE chargé d'emporter le drapeau à Montpellier


4.3 mai 1963 : L'Ecole Militaire d'Infanterie est élevée au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur


Par décret en date du 3 mai 1963, rendu sur la proposition du Premier Ministre et du Ministre des Armées, le Conseil de l’Ordre entendu,
Est nommé dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur, pour prendre rang à la date du présent décret, au grade de CHEVALIER


L’ECOLE MILITAIRE D’INFANTERIE


« Depuis 1942, a accueilli et instruit 25 000 officiers et Aspirants de réserve.
Durant les opérations de guerre et de Libération de 1943 à 1945, puis en Extrême-Orient et en Afrique du Nord, ses anciens élèves ont affirmé les meilleures qualités de chef et d’entraîneur d’hommes. S’ils ont glané les plus beaux titres de guerre, plus de 600 parmi eux ont inscrit leur nom au livre d’Or de l’Ecole.
Citée à l’Ordre de l’Armée en 1950, l’Ecole Militaire d’Infanterie a droit à la reconnaissance du Pays. »
Le Premier Ministre, le Ministre des Armées et le Grand Chancelier de la Légion d’Honneur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la République Française.
Fait à Paris, le 3 mai 1963 Ont signé : le Président de la République, C. de Gaulle ; le Premier Ministre, G. Pompidou ; le Ministre des Armées, P. Messmer ; Vu « Pour Exécution », le Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, Catroux
Publié au J.O. du 8 mai 1963


REMARQUE : ce décret fait référence à «l'Ecole Militaire d'Infanterie » alors que l'Ecole fut interarmes de 1942 à 1945.On peut donc considérer que la dénomination « Ecole Militaire d'Infanterie » est envisagée ici comme une entité recouvrant toutes les structures et dénominations successives qu'elle eut de 1942 à 1962.
C'est ainsi qu'hommage est rendu à toutes les générations de cherchelliens, à tous les anciens, ceux qui ont connu le feu pendant la seconde guerre mondiale, mais aussi ceux des rizières et des djebels.
Le décret rappelle que l'Ecole a été citée le 27 mai 1950 à l'Ordre de l'Armée lors de l'attribution de la Croix de Guerre avec palme.Le nom retenu pour l'Ecole était « Ecole Militaire de Cherchell », appellation recouvrant toutes les formes qu'avait pu revêtir l'Ecole depuis 1942.

Le 7 juin 1963, Pierre Messmer, Ministre des Armées décore le Drapeau de l'Ecole de la Légion d'Honneur


Remise de la Légion d'Honneur au drapeau de l'E.M.I.A.


L'E.M.I.A. est née à Cherchell le 13 décembre 1944. Elle prend l'appellation E.S.M.I.A. le 23 mai 1947.Recréee le 13 septembre 1961, elle avait vocation à recevoir la Légion d'Honneur attribuée à Cherchell étant en filiation directe avec cette Ecole.
Le 14 mai 2011, dans la Cour d'Honneur des Invalides, Monsieur Gérard Longuet, ministre de la Défense et des Anciens Combattants remettant la Légion d'Honneur au drapeau de l'E.M.I.A., à l'occasion du cinquantenaire de cette Ecole, déclara dans son discours :
«J’ai décidé que l’Ecole Militaire Interarmes arborera désormais sur son emblème la croix de la Légion d’honneur, accordée par décret du 3 mai 1963 à l’école militaire d’infanterie de Cherchell».

Remise de la Légion d'Honneur dans la cour de l'Hôtel National des Invalides


5.Inscription « AFN 1952-1962 »

61938. - 5 avril 2005. - Par arrêté en date du 19 novembre 2004, l'inscription "AFN 1952-1962" a été attribuée à 236 drapeaux et étendards des formations et services des armées françaises. Parmi ces emblèmes, ceux de deux écoles seulement, celle du service de santé des armées de Lyon et de Bordeaux, sont ainsi honorés. M. Bruno Bourg-Broc s'étonne que les drapeaux des autres écoles ayant formé des combattants de la guerre d'Algérie et des combattants du Maroc et de la Tunisie ne se soient pas vu attribuer cette inscription, en particulier celui de l'école militaire d'infanterie de Cherchell, qui forma, sur le sol même de l'Algérie, tant d'officiers et de sous-officiers de réserve qui encadrèrent les unités de l'armée française et dont des élèves trouvèrent la mort au combat lors de leur formation. L'Association nationale des réservistes de l'infanterie (ANORI), appuyée par des associations de réservistes et de combattants, a demandé à Mme la ministre de la défense d'attribuer l'inscription "AFN 1952-1962" au drapeau de l'école de Cherchell, actuellement conservé au musée de l'infanterie au sein de l'école d'application de l'infanterie à Montpellier. Il la prie de bien vouloir lui indiquer quelles seront les suites réservées à cette légitime demande, dont la satisfaction constituerait un hommage mérité aux réservistes ayant combattu en AFN.


La ministre de la défense a souhaité voir modifier l'arrêté du 19 novembre 2004 relatif à l'attribution de l'inscription "AFN 1952-1962" sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, afin que l'école militaire d'infanterie de Cherchell soit ajoutée à la liste des formations énumérées à l'article 1er dudit arrêté qui comprenait déjà quatre écoles (l'école de pilotage et l'école de l'aviation de chasse de l'armée de l'air, l'école du service de santé de Lyon et l'école du service de santé de Bordeaux du service de santé des armées).
L'arrêté du 11 janvier 2006 modifiant en ce sens l'arrêté du 19 novembre 2004 précité a été publié au bulletin officiel des armées le 30 janvier 2006.
Sources : Assemblée nationale

Bordereau d'envoi du Ministère de la Défense au commandant Legouaille, lui enjoignant de bien vouloir faire porter l'inscription « AFN 1952-1962 » sur le drapeau de l'EMI de Cherchell en application de l'arrêté du 11 janvier 2006 modifiant l'arrêté du 19 novembre 2004

Voir aussi sur ce sujet :

http://anorinfanterie.free.fr/Html/R2006%20-%20Cherchell.htm


6.Le Drapeau de l’École au Musée de l’Infanterie (École d’Application de l’Infanterie, Montpellier)

L'avers du drapeau

         

La hampe du drapeau et la cravate portant les décorations Le revers avec l'inscription AFN 1952-1962


Sur la cravate : la Croix de Guerre et la Croix de Chevalier de la Légion d'Honneur.
Voir la citation à l'ordre de l'Armée comportant l'attribution de la Croix de Guerre et le texte du Décret élevant l'Ecole au rang de Chevalier de la Légion d'Honneur dans "Historique" sous la rubrique "L'Ecole".
La croix de Guerre fut, à l'origine, épinglée sur le fanion de l'Ecole, celle-ci n'ayant pas encore reçu
son drapeau.(Voir "Le fanion")

7.Les Anciens de Cherchell autour de leur drapeau

Jeudi 27 mars 2008

Les anciens Elèves Officiers de Réserve de Cherchell, appartenant à l’Amicale Nationale des Camarades de Cherchell, Officiers de Réserve et Elèves (ANCCORE) , dont le Président est Gérard Courtade , Lieutenant-colonel (er), Promotion 806 se sont réunis autour de leur drapeau qui vient de recevoir l’inscription « AFN 1952-1962 ».
Cette cérémonie s'est déroulée au Musée de l’Infanterie, sous l’autorité du Général Hervé Charpentier, Commandant l’Ecole d'Application de l'Infanterie et Commandant la Place de Montpellier, et en présence de Madame Joëlle Latapie-Sudret, Directrice du Service Départemental de l'Hérault de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC) ,du Lieutenant-colonel (R) Patrice Fichet, Président de l'ANORI,du Colonel Vial, Chef de Corps, du Lieutenant-colonel Fesquet, Chef du Cabinet du Général, du Lieutenant-colonel Vincent Rabot, de l'Amicale des Troupes de Marine, du commandant Claude Le Gouaille, Conservateur du Musée de l'Infanterie, du Lieutenant-colonel (er) Jean-Pierre Renaud, président du Centre d'Histoire Militaire et d'Etudes de défense nationale de Montpellier, et rédacteur en chef du Bulletin des amis du musée de l'Infanterie (AAMI). et diverses autres personnalités.
Ce drapeau s’honorait déjà de la Croix de guerre avec palme, accordée en 1950, après les campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne, et de la légion d’Honneur remise en 1963.
L’Ecole Militaire d’Infanterie de Cherchell a été transférée à Montpellier le 20 octobre 1962 et continua à former tous les EOR de l'Infanterie. Le 1er août 1967 elle fut rejointe par l'EAI, en provenance de Saint-Maixent.
Cinquante ans après, fidèles au souvenir de leur École et ayant gardé ce même célèbre Esprit qui les animait, ses anciens élèves, venant de toute la France, se sont unis à l’ANORI et aux Cadres d’Active pour cet hommage à leur drapeau.
Puis, se scindant en deux groupes, les participants ont assisté au rez de chaussée du Musée à un diaporama sonorisé et présenté par Gérard Courtade relatant l'historique de l'Ecole de Cherchell et de son drapeau, pendant qu'au premier étage étaient présentés en plusieurs panneaux les bâtiments de l'Ecole, la vie des hommes et leur instruction.
Dans l'après-midi, en souvenir et en hommage à leurs camarades tombés au Champ d'Honneur, une gerbe a été déposée au monument des fantassins morts pour la France devant la plaque à la mémoire des anciens élèves de Cherchell.


Le Président Gérard Courtade accueille les participants

Le Général Hervé Charpentier

Présentation et dépose du drapeau sur des faisceaux dans la salle du Mémorial
devant une haie d'Honneur de jeunes officiers sabre au clair

MIDI LIBRE, photo Thomas GALASSO


Le drapeau dans la salle du Mémorial : les plaques murales sont gravées des grandes batailles de l'Infanterie, au sol dans six alvéoles sont reproduits les insignes des tenues des fantassins Voir site du musée :http://www.aaminf.fr

Exposition du drapeau devant une grenade symbolisant l'Infanterie et un bas-relief de la guerre 1914-1918

Le Général Hervé Charpentier prononçant son allocution

Gérard Courtade en explications devant les panneaux photos

Le général Hervé Charpentier et Gérard Courtade assistant au diaporama

Christian Chabance offre au Général un condensé du site à ses débuts

Jean-Claude Albertini offre au Général l'ouvrage "Ils venaient de Cherchell"

Le Président Gérard Courtade demande au Général s'il accepte d'être Président d'Honneur de notre
amicale et sur sa réponse affirmative lui remet le calot de tradition de l'Ecole de Cherchell

Le général Hervé Charpentier se coiffe du calot de Cherchell

Il a de la "gueule" le Général avec notre calot, pendant son speech !

Au mess, la table du Général

La gerbe déposée devant la plaque aux morts de l'Ecole de Cherchell

Pour plus de photos de cette journée : http://www.nomad-photo.net/cherchell/index.html
Ou album Albertini, voir le lien sous album photos

Allocution du Général CHARPENTIER, commandant l'Ecole d'Application de l'Infanterie

Honneurs au Drapeau de Cherchell !

Le Drapeau de l’Ecole militaire d’infanterie de Cherchell fut attribué à cette Ecole le 11 juillet 1958 et remis solennellement à sa garde le 29 janvier 1959. Il a succédé à un premier drapeau, non officiel, vu sur les rangs uniquement pour la promotion d’officiers d’active « Tunisie » en 1943, et à un fanion sur lequel on devait accrocher, le 12 juillet 1950, la Croix de guerre 1939-1945. Cette Croix de guerre, aujourd’hui sur la cravate de notre Drapeau, est accompagnée depuis 1963 par la Légion d’Honneur remise par le ministre des armées monsieur Pierre Messmer. Il faut attendre le 11 janvier 2006 pour que les plis de ce Drapeau reçoivent l’inscription « AFN 1952-1962 ». Les inscriptions des batailles portées dans les plis des emblèmes des unités de l’armée de terre sont en elles-mêmes les symboles de victoires mais aussi de défaites honorées comme des faits d’arme, tant le sacrifice fut grand et le culte de la mission poussé à son paroxysme, comme à « Camerone », « Sidi Brahim », « Bazeilles » ou « Diên Biên Phu ». Souvent ces inscriptions ont été renouvelées car trop nombreuses pour être toutes inscrites. Pour le Drapeau de Cherchell, une seule inscription : « AFN 1952-1962 ». Ce qui pourrait laisser penser que seules les opérations de Tunisie, du Maroc et, ce qui fut longtemps appelé la « guerre sans nom », c’est-à-dire la guerre d’Algérie font la gloire de ce prestigieux Drapeau. En effet, la geste militaire conservée dans ses plis est d’abord celle de l’Ecole de Cherchell qui, quels que soient les noms que porta cette école, est dépositaire de toutes les promotions de cadres – officiers d’active ou de réserve ou sous-officiers – qui y ont été formés entre novembre 1942 (date de la décision de création de l’Ecole des Elèves-Aspirants EAA) et 1962. On ne saurait oublier nos Anciens formés de fin 1942 à mai 1945, c’est-à-dire les 5 promotions d’officiers d’active : - « Weygand » - « Tunisie » - « Libération » - « Marche au Rhin » - « Rhin français » cette seule promotion de décembre 1944 à mai 1945 compta 1477 élèves, soit presque l’ensemble des Promotions de Saint-Cyr : Croix de Provence 1942, Veille au Drapeau 1943 et Rome et Strasbourg 1944. On ne peut passer sous silence non plus le fait que cette Ecole de Cherchell qui portait à ce moment le nom d’Ecole militaire interarmes (EMIA) se voit confier le 2 avril 1945, en présence du général de Gaulle, la garde de deux drapeaux : celui de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr et celui de l’École Militaire de l’Infanterie et des Chars de combat de Saint-Maixent (EMICC). Cet honneur fut certes de courte durée, puisqu’ils devaient rejoindre dès juillet 1945 Coëtquidan, où s’installait l’Ecole militaire interarmes. Mais il signifiait bien toute la confiance que le Commandement accordait à cette Ecole. Il fut concrétisé par l’attribution de la croix de guerre avec palme qui orne ses plis, avec la citation suivante : « Du 8 novembre 1942 au 8 mai 1945 et après l’envahissement total de la Métropole, l’Ecole Militaire de Cherchell a maintenu la tradition des Ecoles d’Officiers de France en inculquant aux élèves-aspirants la foi dans les destinées et la grandeur de la Patrie, a formé pour les Armées de la Libération des chefs dignes de leurs aînés, ardents et animés du désir de vaincre qui s’illustrèrent sur les champs de bataille de Tunisie, d’Italie, de France et d’Allemagne. S’est acquis ainsi au prix de lourds sacrifices, une part glorieuse dans la victoire de nos Armes. » René Pleven, ministre de la Défense nationale Par ailleurs, dès le 1er janvier 1946, et jusqu’en 1958, l’école reçoit pour mission de former des sous-officiers sous le nom « d’EMIA des sous-officiers », avant celui « d’école de cadres d’Afrique du Nord ». Annexe de l’école de Saint Maixent, elle formera les EOR et les sous-officiers de l’Infanterie des unités basées en AFN. Ainsi plusieurs milliers d’officiers d’active ou de réserve et de sous-officiers formés à Cherchell vont être engagés en Indochine et en AFN y laisseront leur vie. L’Algérie, c’était hier - au moins pour ceux qui l’ont vécu – mais on ne saurait oublier que 90% des chefs de section des unités opérationnelles d’Infanterie sont sortis de l’Ecole de Cherchell. L’école est transférée à Montpellier en octobre 1962 et le drapeau est décoré de la Légion d’Honneur en juin 1963 avec pour citation: « Depuis 1942, a accueilli et instruit 25 000 officiers et Aspirants de réserve. Durant les opérations de guerre et de Libération de 1943 à 1945, puis en Extrême-Orient et en Afrique du Nord, ses anciens élèves ont affirmé les meilleures qualités de chef et d’entraîneur d’hommes. S’ils ont glané les plus beaux titres de guerre, plus de 600 parmi eux ont inscrit leur nom au livre d’Or de l’Ecole. Citée à l’Ordre de l’Armée en 1950, l’Ecole Militaire d’Infanterie a droit à la reconnaissance du Pays. » Par conséquent, puisque cette seule inscription ne révèle pas toute la geste de l’ensemble des cadres formés à Cherchell, il nous revient, à nous, ici présents, d’assurer la mission de « passeurs » auprès des générations présentes et à venir, de gardiens et de transmetteurs de la mémoire. Ce Drapeau c’est bien la représentation de 20 années de guerre sur tous les champs de bataille où les Trois Couleurs ont flotté, années pendant lesquelles près de 660 officiers sont morts et plus encore de sous-officiers. Il est enfin marque de la symbiose entre les officiers d’active et les officiers de réserve, dont beaucoup servirent comme ORSA en Indochine et en Algérie avant pour certains de continuer dans l’active. Le drapeau de Cherchell, honoré aujourd’hui, reprend sa place au sein de l’Ecole d’Application de l’Infanterie.



Ce que c’est qu’un drapeau Paroles de E. Favart et musique de La Mareille Chanson patriotique, 1909
Loque, chiffon tricolore ou guenille, Symbole image ardente du pays Pour te chanter tout mon être pétille D’émotion d’avance je pâlis Toi dont l’effet produit tant de merveilles Tu n’es pourtant parfois qu’un oripeau Mais ton nom seul suffit à nos oreilles Car en Français on t’appelle Drapeau
Refrain
Flotte petit Drapeau Flotte flotte bien haut Image de la France Symbole d’espérance Tu réunis dans ta simplicité La famille et le sol La liberté.